__________________________________IES _ MARKETING _ STRATEGIE _ EXPORT _ LEAN _ FINANCEMENT _ PLM
____
_________________________________________________AERONAUTIQUE & INDUSTRIES

25 novembre 2009

KLM réalise le premier vol de passagers fonctionnant au biocarburant

La compagnie aérienne KLM Royal Airlines a procédé lundi à son premier vol passagers alimenté par du biokérosène. Avec seulement une quarantaine de personnes à son bord, le Boeing 747 a survolé le sol néerlandais pendant une heure et demie...

L'un des réacteurs était alimenté à hauteur de 50% par du biocarburant extrait d'une plante appelée cameline et produit par une société de biotechnologies de Seattle aux Etats-Unis. Les trois autres réacteurs fonctionnaient normalement grâce à du kérosène standard.

La production de ce biokérosène a suivi selon KLM des contrôles stricts à différents niveaux : financiers, technologiques et écologiques. « La chaîne alimentaire ne doit pas être compromise, et la production du biokérosène ne doit pas être associée avec la déforestation ou la consommation excessive d'eau » , a affirmé le PDG de KLM dans un communiqué.

Il a également indiqué que « l'utilisation du biocarburant devrait permettre de réduire les émissions de dioxyde de carbone de l'ordre de 80% ».Par contre, KLM n'a pas précisé la date à laquelle, elle comptait opérer des vols commerciaux avec ce type de carburant. En décembre 2008, Air New Zealand avait également fait fonctionner en vol - sans passagers - l'un de ses 4 moteurs RB211 de Rolls-Royce, avec du biocarburant dérivé du jatropha.



Sources:

http://www.sustainabilityninja.com/sustainable-transportation/klm-testing-biofuels-on-747-fleet-93687/

http://www.physorg.com/news178223585.html

http://www.industryweek.com/articles/klm_flies_worlds_first_passenger_flight_on_biofuel_20497.aspx

http://www.biofuels-news.com/industry_news.php?item_id=1479

http://www.enerzine.com/6/8752+klm---1er-vol-passagers-fonctionnant-au-biocarburant+.html

http://www.rolls-royce.com/

http://www.airnewzealand.com/

24 novembre 2009

EADS, les biocarburants et Singapour

EADS envisage de créer un centre de recherche dédié aux biocarburants. Son directeur technique, Dr Jean Botti, envisage de collaborer avec l'agence gouvernementale singapourienne A*STAR (Agency for Science, Technology & Research) afin de travailler conjointement sur le développement de bio-kérosène à partir d'algue. Un accord devrait être scellé en février 2010. Cette initiative serait menée au sein du EADS Innovation Centre, centre de R&T inauguré en 2006 à Singapour et s'attellerait principalement à la culture d'algues par injection de dioxyde de carbone (CO2).

Selon M.Botti, la production de biocarburants traditionnels produits à partir de biomasse n'utilise pas de sources de CO2 et donc ne contribue pas à la réduction de la quantité de CO2 dans l'atmosphère. Il estime aussi que Singapour a déjà fait d'intéressantes avancées dans le secteur des piles à combustible notamment les technologies de type SOFC (Solid Oxide Fuel Cells), les piles fonctionnant à l'énergie solaire et celles permettant de capter de la chaleur. Ces technologies pourraient selon lui alimenter les avions à réaction.

EADS compte aussi renforcer ses liens avec le secteur universitaire singapourien puisque le groupe a aussi signé un accord avec l'Economic Development Board (EDB) pour financer six projets de thèses qui seront menés à Nanyang Technological University et à National University of Singapore. Les premiers projets sélectionnés devraient concerner les domaines de l'électromagnétique, le traitement de signal et le « data stream mining » mais le groupe envisage déjà de mettre en place le même type d'accord pour cofinancer des thèses concernant le secteur des biocarburants.

Sources :

BE Singapour numéro 65 (23/11/2009) - Ambassade de France à Singapour / ADIT - http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/61302.htm

http://www.a-star.edu.sg/

http://www.edb.gov.sg/edb/sg/en_uk/index/about_edb.html

http://www.nus.edu.sg/

23 novembre 2009

Nouveau centre de Recherche et Développement d’Eurocopter à Singapour

Le premier fabricant d'hélicoptères au monde et filiale du groupe EADS, Eurocopter vient d'annoncer la construction d'un nouveau centre de R&D et de formation sur le sol singapourien. Eurocopter South East Asia détenu à 75% par Eurocopter et à 25% par ST Aerospace devrait investir au troisième trimestre 2010 près de 300 ha du Selatar Aerospace Park (SAP), parc industriel singapourien dédié au secteur aérospatial. Le coût de ce projet est estimé à 15 millions SGD (soit 7,5 millions d'euros).

Etabli depuis 1977 à Singapour, Eurocopter SEA compte près de 200 employés et assure les activités commerciales de la société dans plus de 14 pays. Selon son directeur, M. Bernhard Brenner, le site actuel basé à Loyang Way serait devenu trop petit pour satisfaire les ambitions du constructeur et sa localisation près de l'aéroport de Changi, rendrait les essais aériens difficiles. Le nouveau site devrait alors être conçu de façon à doubler les capacités de maintenance des hélicoptères de la filiale (24 appareils pourront être révisés simultanément) et à acheminer plus facilement ses clients.

Notons par ailleurs que la société envisage aussi de mener des activités de R&D et de formation sur le site de Selatar. Plus d'une vingtaine de chercheurs du centre EADS Innovation Works investiront aussi le nouveau site.

Sources :

http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/61317.htm

http://www.shephard.co.uk/news/3041/

http://www.eurocopter.com/

http://www.eads.com

http://www.staero.aero/

http://www.sedb.com/etc/medialib/downloads/media_release_2008.Par.0015.File.tmp/Fact%20Sheet%20on%20Seletar%20Aerospace%20Park.pdf

http://www.edb.gov.sg/edb/sg/en_uk/index/industry_sectors/Aerospace_Engineering/seletar_aerospace0.html

06 novembre 2009

Labo Robust Robotics du MIT : un nouvel hélicoptère miniature

Récemment, un nouvel hélicoptère miniature a vu le jour : l'hélicoptère miniature Range se repère dans l'espace en combinant laser infrarouge et imagerie 3D. Ce qui lui permet de se déplacer de manière autonome sans GPS ni instructions humaines.

L'université d'Ulster avait déjà mis au point des hélicoptères robotisés capables de se déplacer dans des zones sinistrées. Et de repérer la présence d'éventuels survivants grâce à un système de caméras et capteurs. Le groupe de recherche Robust Robotics du MIT va plus loin : il a mis au point un robot hélicoptère miniature, le Range (Robust Aerial Navigation in GPS denied Environments), qui décide de manière autonome des endroits à explorer. Il se déplace de manière à se diriger systématiquement vers les espaces inexplorés. Pour y parvenir, le robot n'utilise pas de systèmes de navigation type GPS. Mais il embarque avec lui un système de laser infrarouge lui permettant de scanner les environs et d’en générer une image en 3D.

Grâce à cela, le véhicule estime sa position en temps réel et se constitue progressivement une carte virtuelle des alentours. Celle-ci est suffisamment précise pour localiser une fenêtre ou autre issue accessible pour continuer l’exploration. Des caméras embarquées lui permettent également de visualiser et d’éviter les obstacles à proximité. En plus d’être propulsé par quatre rotors (partie rotative d'une machine), le robot est également muni d'une centrale à inertie (IMU), un appareil de navigation de précision. Celui-ci l’aide à se stabiliser en cas de choc et d’intempéries.

Notamment afin qu’il ne soit pas désorienté dans sa navigation ou que les capteurs ne soient pas faussés. Il prend également en compte les limites des performances de ses capteurs de manière à ne pas se perdre ou risquer le crash. Cela fait de lui un appareil pratique pour des explorations en intérieur, là où les systèmes GPS ne peuvent prendre le relais. Mais aussi pour tout ce qui concerne le génie civil, les travaux souterrains, ou lors d'opérations de recherche et de secours après une catastrophe. Soit toutes tâches d’explorations considérées comme trop difficiles d’accès ou dangereuse pour un humain.